Zéro déchet

Réduction des déchets: le juste milieu

Vous, la famille, les amis, les collègues, venez beaucoup me parler de ma démarche zéro déchet. Vous me dites à quel point c’est admirable mais inaccessible pour vous. Ce faisant, vous soulignez à quel point l’expression zéro déchet est fausse et problématique. Vous avez en tête cette image virginale d’une sainte qui conserve ses vestiges dans un pot de verre, qui fait ses courses à vélo et ne fréquente que le Loco. Cette fausse image de l’idole zéro déchet au mode de vie irréprochable est un obstacle à l’avancée du mouvement pour la réduction des déchets. Vous pouvez très bien réduire votre production de déchets tout en continuant de fréquenter le supermarché, d’acheter les aliments auxquels vous êtes habitués et en produisant une petite quantité de déchets. Personnellement, je n’ai pas de commerce dédié entièrement au vrac dans mon quartier. J’ai donc progressivement modifié certaines habitudes, dont j’ai dressé la liste ici:

Produit Habitude traditionnelle Nouvelle habitude
Lunchs Prendre des plats à emporter Prendre des repas au resto
Pâtes Paquet régulier, emballage plastique ou autre Boîte de pâtes Catelli recyclable
Riz Paquet régulier Emballage plastique recyclable et/ou acheter un paquet plus gros
Fruits Emballés dans du plastique Dans un filet
Légumes Locaux ou importés avec ou sans emballage En été: locaux, non emballés. En hiver, locaux si possible et avec un filet. Adapter mes choix et mes menus aux produits disponibles, non emballés
Viande Acheter au supermarché Amener mes contenants chez le boucher
Tofu Je n’en mangeais pas J’en consomme au moins une fois par semaine, emballé, mais cela contribue à réduire mon empreinte écologique (moins de viande)
Fromage Au supermarché Dans mes contenants, fromager
Yogourt Format individuel Format familial
Pain Tranché, emballé dans du plastique Non tranché, dans un sac en tissus ou en papier
Papier de toilette Emballé dans du plastique Emballé dans du papier
Rasoirs Jetables Réutilisable
Shampoing En bouteille En vrac

L’autre question qui revient souvent, c’est le prix de mes courses. Comme les aliments dans les boutiques spécialisées sont très chers, je pensais au début que la facture grimperait rapidement. Mais après un an à modifier mes habitudes, je fais plutôt des économies. La raison est simple: je freine constamment mon envie de consommer en me demandant si c’est écoresponsable. Oui, j’aurais parfois envie de me commander du poulet, mais quand je pense que ça laisserait derrière une livre de déchets (mon poids de déchets pour une semaine) je change vite d’avis. Oui, je paie ma douzaine de rouleaux de papier de toilette huit dollars au lieu de votre paquet en spécial à 4,50$, mais je n’achète pas ni Kleenex, ni essuie-tout. J’économise sur les produits ménager en les remplaçant par du vinaigre. Je fais moi-même la plupart de mes recettes, et si je n’ai pas envie de cuisiner, je me déplace au resto.

Donc en gros, tout le monde peut faire mieux, aller un peu plus loin, s’améliorer, suffit de trouver le juste milieu. Suffit de se demander ce qu’on peut améliorer, ce qu’on est capable de changer, et de faire le tri dans ses habitudes.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s