consommation

Je n’aime pas les objets : vers le zéro déchet

Je n’aime pas les objets. Ils me dérangent, encombrent mon espace. Il faut les magasiner, les entretenir, leur faire une place dans son logis, puis, éventuellement, les jeter. De plus en plus, on saute les deux étapes intermédiaires; on achète, on consomme, on jette. Ma journée finit toujours de la même façon; laver la vaisselle, ranger, jeter. Avec les vêtements, les jouets, les livres, tous les trois ou six mois, le même exercice; classer, ranger, réparer, jeter. En ce début d’année, j’ai dit, c’est assez. Je veux une vie plus simple, moins frustrante. Je veux acheter moins, quitte à réparer plus, et jeter moins.

En quelques jours, nous sommes devenus une famille zéro déchet. Il faut dire que j’ai quelques pré-requis. Je ne me maquille presque pas. Je m’habille presque entièrement dans les friperies. J’achète mes produits nettoyants en vrac depuis longtemps, en me contentant de quelques articles indispensables; savon à lessive, vinaigre, bicarbonate de soude. J’utilise des mouchoirs en tissus. Dans mon quartier, on fait le ramassage du compost à domicile. L’Armée du salut récolte tous les objets dont nous ne voulons plus. Mon seul défi, pour le moment, c’est l’achat de nourriture en vrac, puisque ma poubelle se remplit presque exclusivement d’emballages alimentaires.

28 janvier, on se lance ! Les sacs en tissus et tupperware nous accompagnent au Marché Maisonneuve. Sur les conseils d’un habitué du zéro déchet, nous avons commandé notre viande au boucher, nos fromages aux fromager, notre pain dans un sac en tissu au Première Moisson, et nous nous sommes débrouillés pour choisir parmi les fruits et légumes non emballés au Jardin Dauphinais. Les commerçants ne sont pas embêtés le moins du monde, ils nous témoignent même une certaine admiration. À deux reprises, nous avons entendu des murmures d’approbation d’autres clients près de nous.

Cette semaine-là, j’ai écoulé mes stocks d’aliments emballés, j’ai donc produit mon 10 litres de déchets habituels. Mais la semaine suivante, mes déchets avaient baissé à 3-4 litres, je n’avais donc pas besoin de sortir les poubelles. J’en ai profité pour changer ma poubelle de cuisine pour un contenant de 5 litres.

Le 4 février, j’avais un anniversaire avec bar à bonbons à organiser, direction Bulk Barn. Bonbons, céréales, biscuits, raisins secs, bretzels. Les pâtes sont d’une qualité douteuse, je me résigne dont à maintenir mon habitude d’acheter des Catelli et recycler la boîte. Ensuite, Marché Jean-Talon pour les fruits et légumes ainsi que les œufs. En achetant mes patates, j’apprends que le garçon qui me les vend les cultive lui-même à Saint-Rémi. À la Fromagerie Hamel, les enfants s’en donnent à cœur joie en choisissant et dégustant les fromages que nous achèteront. Je viens de trouver un ingrédient essentiel au succès de ma démarche: le plaisir de faire les courses au marché. La richesse de l’expérience que constitue l’achat local compense largement la satisfaction que nous avions à faire le plein d’aliments chez Costco.

Le 7 février, notre petit sac contient à peine 1 litre de de déchets. Nous progressons. L’anniversaire de ma fille se déroule sans encombre et les parents de ses copines jouent le jeu en nous offrant des cadeaux écolos, pas emballés ou usagés, chacun à la mesure de sa capacité. Je l’apprécie.

Le 12 février, nous faisons un pas de plus et misons sur nous commerces de proximité. Produits nettoyants au Terre à soi, pain et fromage au ArHoma, boucherie Beau-Bien, saucisses chez William Walter et fruits et légumes au Fruits du jour. Nous sommes quelques peu déçus par l’offre en légumes non-emballés à cette dernière adresse. À part les navets, oignons et patates douces, nous n’aurons pas grand-chose à nous mettre sous la dent. Par contre nous avons des fruits à profusion dans nos sacs de tissus: pommes, poires, pêches et bananes. À ma grande surprise, la biscuiterie Oscar n’offre pas un grand choix de bonbons en vrac; mais on y trouve des fruits séchés, des biscuits en vrac et des Jelly Bean au poids. Et le service est excellent.

19 février: en lisant David Servan-Shreiber, je réalise que la pollution due à la consommation de viande est plus élevée que celle attribuable aux déchets domestiques. Si je veux faire une différence, je devrai donc aussi me résigner à diminuer ma consommation de viande. Je visite Vrac et bocaux pour y prendre farine, cacao, œufs, fromage, saucisson et quelques fruits et légumes locaux, mais l’expression faire le plein de s’applique pas ici. Bien qu’on y trouve un peu de tout, cette boutique est loin de chez moi et son offre est trop incomplète pour que ça vaille la peine de m’y rendre. Je devrai trouver une solution de rechange pour les aliments secs, quitte à me rendre une fois par mois chez Bulk Barn pour remplir mes armoires.

Oui, je suis fière de ces changements. Oui, ça me complique la vie, et ça implique entre autres de réfléchir avant d’acheter, de s’organiser avant d’aller faire les courses, et de renoncer à certains achats une fois sur place. Ça tue la spontanéité des commandes de pizza ou des sacs de chips du samedi après-midi. Mais je suis capable de m’en passer (mon chum trouve ça plus dur). Par contre, ça force l’inventivité. Hier, j’ai fait des chips de pelures de pommes de terre avec les épluchures qui, autrement, se seraient retrouvé au compost. La nécessité est mère de l’invention.