société

J’ai raison….et j’essaie d’arrêter

Les jours où je travaille, je suis dans la rue à sept heures trente, et je marche d’un bon pas vers l’arrêt de bus. Dès que je dois me frayer un chemin entre les passagers, je suis frappée par le mal du siècle : j’ai raison. Et les autres ont tort. Il y a toujours quelqu’un qui se trouve sur mon chemin (et qui est forcément trop lent) ou quelqu’un qui pousse derrière (un malappris qui veut tout faire trop vite).

Dans le métro, il y a toujours des individus qui gardent les yeux rivés sur leur téléphone pour être sûrs de ne pas voir les autres et incidemment, ceux qui pourraient avoir besoin d’un siège (j’ai subi cette indifférence pendant les trois derniers mois de ma grossesse), ou des étudiants qui parasitent l’ambiance avec le son résiduel de leur iPod. Je n’ai pas fait trois pas dans le wagon que je sais tout ça à l’avance, et pourtant, chaque jour, je me le répète plus ou moins longtemps : quels connards. Une fois au bureau, je reçois une pluie de courriels et d’appels de gens qui ont raison. Et qui bien souvent, ont besoin de me montrer que j’ai tort de quelque façon que ce soit pour faire valoir à quel point ils ont raison. Dans l’espace de mon bureau, je m’autorise à avoir tort. Car le client a toujours raison. Et que je perdrais beaucoup trop de temps et d’énergie si je passais mon temps à avoir raison.

C’est seulement après avoir passé la porte de la maison que je m’autorise à avoir de nouveau raison. Et à être critique. Face à ceux qui se sentent dans le droit absolu et continuel d’avoir raison. De s’affirmer. De commencer toutes leurs phrases par « Moi, je…. ». C’est le mal du siècle. Il faut trouver quelqu’un à détester, à critiquer, exister contre quelqu’un.

J’essaie d’arrêter. J’essaie d’ignorer les blâmes qui n’en sont pas et de me montrer tolérante envers ce que j’aurais tendance à blâmer. Ça marche. Ça marche avec les plus cons, ceux qui se ridiculisent à force d’avoir raison et qu’on n’a qu’à laisser s’enfoncer. C’est ça de pris. Ça marche aussi avec les gens qu’on aime et à qui on donne le droit d’avoir tort parce qu’on sait pourquoi ils réagissent de la sorte, on leur donne en quelque sorte le droit de nous blâmer pour leurs défauts parce que c’est la plus belle preuve d’amour qu’on puisse donner à quelqu’un.

Le plus difficile, c’est d’abdiquer par rapport à la barbarie consensuelle. Parce qu’on dit que si on devient tolérant avec ceux qui ne cèdent pas leur place aux femmes enceintes, ceux qui ne lâchent pas leur téléphone des yeux, ceux qui parlent fort avec un écouteur dans l’oreille (vivre leur petite féérie intérieure en dépit de la politesse la plus élémentaire), ceux qui attendent leur droit de réplique avec des insultes à la bouche, ceux qui pensent que la consommation est un droit qui prime sur tout, bref, si on tolère le narcissisme dans ses formes les plus courantes, il n’y aura bientôt plus de raison d’appeler ça une société. Parce que ce sera chacun pour soi, tout le temps, partout, et que ce sera invivable.

J’ai envie de faire une campagne publicitaire, une journée nationale, une page Facebook, qui s’appellerait : « J’ai raison…..et j’essaie d’arrêter ». Pour donner un break à tout le monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s