condition féminine, Télévision

Ève 2.0 : La vie après Sex and the City

Vendredi dernier, le 13 février, le médecin et écrivain Marc Zaffran était de passage à l’émission C’est juste de la TV pour discuter de l’influence des séries télés sur la perception du public. Ainsi, disait-il, une série comme Dr. House permet au public d’en connaître d’avantage sur le métier de médecin, le diagnostic, l’influence du facteur psychologique et relationnel sur la pathologie, etc. Il remarquait aussi que les séries québécoises aident à démystifier, notamment, l’homosexualité (Les hauts et les bas de Sophie Paquin) et la masculinité (Minuit le soir). Les séries télé jouent un rôle stimulent la réflexion et l’apprentissage. Si vous avez fréquenté ce blogue, vous savez que la télévision m’inspire et m’aide à mieux me comprendre (voir Le Grand amour et ce qui vient avec et Pourquoi les Québécoises n’épousent pas des hommes d’ici?). Dans cet article, je vous propose de faire le chemin à l’envers : partir de la bête lumineuse pour entrer dans ma boîte crânienne.

J’ai longtemps été fan de Sex and the City, cette ode à la femme indépendante et urbaine qui ne parle qu’au JE. Mais cette femme affranchie, je me suis mise à espérer secrètement qu’elle s’implique dans une vraie relation au bout d’un moment. Non pas que je considère le célibat comme un mode de vie incomplet. J’aime les vraies célibataires, les femmes qui se sentent bien toutes seules et qui ont des vies bien remplies. Seulement, lorsqu’il devient trop évident que l’héroïne multiplie les moyens de sublimer sa solitude et son désœuvrement, du magasinage de chaussures aux amants en passant par les multiples activités mondaines, on espère comme elle le revirement qui la délivrera de ces succédanés.

La femme au foyer n’ayant plus la cote, on écrit maintenant sur l’Ève 2.0, celle qui vit pour son boulot et délaisse amis, sœur et amoureux. Je pense notamment à Brigitte, le personnage principal de Toute la vérité, série que j’ai découverte cette semaine. Je suis fan d’Hélène Florent depuis qu’elle  a interprété Steph dans La Galère. Ce nouveau personnage, Brigitte Desbiens, est avocate aux assises. Elle a un amant, Sam, joué par Patrice Robitaille. Un amant-valise qui vit dans son propre appartement et qu’elle range dans un tiroir quand bon lui semble. Elle annule leurs rendez-vous plusieurs jours d’affilée mais le rappelle en catastrophe pour préparer le souper quand sa famille vient manger. Sam, toujours à la hauteur, vient à sa rescousse. Il y a mieux comme modèle d’équité sexuelle. Quand Brigitte vit un échec, elle noie sa peine avec les boys du bureau. On n’est pas loin des publicitaires de Mad Men avec leurs réunions noyées dans le scotch et leurs soirées de travail qui s’étirent au restaurant avec champagne et maîtresses à la clé. Ça fait peut-être glamour, mais sur le plan personnel c’est vraiment nul. Je n’ai jamais aimé socialiser au bureau, prendre des repas entre collègue et gâcher mes 5 à 7 à force d’anecdotes sur des clients. J’ai des amis pour mieux occuper mon temps. Et de meilleures histoires à raconter.

Crédit photo Le Soleil

Mon coup de cœur de l’année est sans doute La Galère. J’aime bien l’idée qu’on peut se construire une famille, si dysfonctionnelle soit-elle, en-dehors du modèle de la famille nucléaire. Mais ce qui me plaît par-dessus tout, c’est l’idée que quatre femmes puissent faire le choix le plus improbable sur lequel on a toutes fantasmées : vivre avec ses amies. Malgré toute l’audace de ma série new-yorkaise préférée, son auteure n’est jamais allée jusque-là. Le Marianne d’Or du plus beau personnage de série télé, je le donne à Stéphanie Valois, l’écrivaine à lunettes qui loue une maison de princesse pour y mettre ses trois meilleures amies et leur progéniture. Elle a cessé de croire au prince charmant et vit son grand rêve avec ses copines. Voici, donc, la nouvelle Ève à qui j’aimerais ressembler : une femme qui n’attend plus la relation parfaite, ni avec son chum, ni avec ses copines, ni avec ses enfants, mais qui accepte humblement de doser tout ça à sa guise, en étant aussi authentique que possible.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s